Vic a lu pour toi: The Man in the High Castle par Philip K. Dick

The_Man_in_the_High_CastleTu auras compris, lecteur attentif, mon amour immodéré des histoires qui commencent avec « et si… » Il s’agit d’un genre en soi – la présentation d’un monde rendu différent parce que les événements qui s’y sont déroulés divergent de ceux que nous connaissons. Et si Rome n’était jamais tombée? Et si le vaisseau spatial du petit Superman s’était posé dans la jungle, parmi les primates? Et si JFK n’avait jamais été assassiné? Et si le Cap Diamant avait effectivement été rempli de diamants? Et si les Nazis avaient gagné la guerre? Les intellos appellent ça une uchronie.

Pour moi, la transposition des préoccupations actuelles dans un monde distordu nous offre un des plus grands bonheurs de lecture. La série The Neanderthal Parallax, de Robert J. Sawyer propose une planète Terre où les sapiens sapiens n’ont jamais supplanté les néandertals. Ça donne un récit franchement extraordinaire, qui nous secoue un peu à chaque page. Je m’y suis moi-même essayé avec l’Empire Bleu Sang – et j’ai adoré ce processus d’écriture. Voilà maintenant qu’une chaîne américaine va proposer, cet automne, une série inspirée du roman de 1962, par Philip K. Dick, The Man in the High Castle; peut-être une des plus grande oeuvres uchroniques modernes. J’en profite pour te parler du roman.

Lire la suite

Publicités