Vic a lu pour toi: Killing Floor de Lee Child

Jack Reacher est sur le point de faire l’objet d’une nouvelle série télé. Je me suis dit: « T’as jamais lu ça, Vic. Envoye donc. » J’ai donc commencé par le commencement: Killing Floor, le premier roman de la presque trentaine qui met en vedette le dur-à-cuire.

On se retrouve dans les années 1990, avec un Jack Reacher qui s’acclimate à la vie civile après sa carrière dans la police militaire. On comprend qu’il en a vu d’autre et que le système lui tape sur le… système. Quelque chose de rare. Ça fait six mois qu’il se promène avec rien du tout, payant tout en liquide, ne laissant pas de traces. Le roman s’ouvre sur son arrestation, dans un dinner à Margrave, une bourgade en Georgie. (C’est l’illustration de la photo, plus haut, tant qu’à…) On le soupçonne de meurtre alors qu’il vient tout juste d’arriver en ville; il passait par là pour visiter la tombe d’un vieux guitariste de blues dont son frère lui a parlé. Une coïncidence. De fil en aiguille, il est contraint d’agir. Cette petite ville cache un secret qui pourrait avoir des répercussions sur toute l’Amérique. Jack s’en fout: il décide de son propre agenda selon ses propres besoins, ses propres règles. On s’attend à ce que les gens qui s’en prennent à Reacher finissent par nourrir les pissenlits par la racine – et c’est ce qui arrive, effectivement.

Franchement, c’est bon. Écrit à la première personne, bien rythmé, de beaux revirements, le goût de tourner ces pages qui brûlent les doigts. Du divertissement de première classe. Est-ce que Child révolutionne la littérature d’action? Non, pas du tout. C’est un pâté chinois bien exécuté qu’il faut manger quand on a le goût d’un bon pâté chinois.

Je suis séduit par la relation entre Reacher et le blues, la musique américaine en général. Ça ne se traduit pas bien du tout à l’écran, mais dans le livre, ça apporte quelque chose de rafraîchissant. Jack a souvent de la musique dans la tête, des sons et des paroles. Child utilise ces chansons, ces textes, pour expliquer l’état d’esprit de son personnage. J’aime bien. Un beau contraste avec les moment où il tue des méchants à mains nues…

Le fait que le roman date de plusieurs années me plaît également. J’apprécie de me souvenir de la lenteur des enquêtes quand on fonctionnait au fax, au bottin de téléphone et aux faveurs de contacts personnels. Il m’arrive d’avoir ce sentiment-là avec mes propres livres, particulièrement L’appartement du clown et Le Moderne Cabaret.

Bref, je me promets de faire un détour par la série des Jack Reacher une fois de temps en temps; quand j’aurais une rage de pâté chinois – et du ketchup à portée de main pour mettre dessus.

Ciao,

VV

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s