Les Libraires dévorent « Cochons rôtis »

Libraires_cochons2Eh! Ben quoi? Ça se poursuit. Et pour le mieux.

On cite:

« L’auteur, qui a remporté récemment le prix Jacques-Brossard de la science-fiction pour L’empire Bleu Sang, nous prouve ici qu’il sait également manier de main de maître le roman policier. Un premier polar qui valse entre réalisme, humour et intelligence et « qui se dévore comme du pulled pork ». »

Cette fois, c’est le numéro de juin-juillet-août 2015 de la Revue Les Libraires qui recommande Cochons rôtis. Nous sommes dans la catégorie « Les choix de la rédaction » côté polars.

Je souligne que je suis en compagnie d’Isabel Allende. C’est pas rien.

Tu veux lire? Ça se passe ici, en page 56.

VV

Publicités

Une fenêtre sur Vic Verdier dans Le Droit et Le Soleil

Cochons_droit-soleilEn route vers la chaleur de l’été, Vic a eu droit à une fin de semaine média qui s’apparente au Super Tuesday des primaires américaines. On assiste à un triplé: Le Devoir et Le Droit samedi, puis Le Soleil dimanche. Je m’attends presque à recevoir une appel de Guy-A. dans les prochaines minutes… Il me semble que ça coulerait de source.

Voir la police avec une autre oeil avec les Cochons rôtis

Valérie Lessard, chef des Arts au Droit, a pris le temps de m’écouter longuement en entrevue. Il en ressort une superbe explication de mon projet littéraire:

« Ils se prénomment Victor, Victor-Hugo ou Vicenzo. Ils vivent dans une Cité-État apocalyptique sur les rives du Saint-Laurent, gèrent une imprimerie dans le Québec de 1919 ou dans un Montréal de 2016 mis à feu (de façon spectaculaire) et à sang (le mauvais, celui qu’on se fait quand on craint pour soi et ses proches) par un tueur de policiers. Tous répondent au prénom de Vic, pour les intimes. Vic comme Verdier.

Vic Verdier, qui a déjà habité dans L’appartement du clown (2010) avant d’ouvrir le Moderne cabaret (2012), dans une autre vie.

Vic Verdier, qui signe aussi les romans le mettant en scène.

Bref, un personnage et un pseudonyme derrière lesquels prend de plus en plus plaisir à se cacher l’auteur Simon-Pierre Pouliot, qu’il se balade dans le roman à saveur autobiographique, le thriller historique, la science-fiction aux effluves steampunk (L’Empire Bleu Sang) ou, avec son cinquième et plus récent Cochons rôtis, dans le roman policier teinté de noir. »

Elle a bien compris que j’écris comme je lis: en me fichant un peu des étiquettes et pour le plaisir plus que pour la seule valeur artistique du propos. Elle laisse entendre qu’avec le temps, le jeu entre Vic, l’auteur, et Vic, le personnage de roman, crée un fil conducteur plutôt sympathique entre mes livres. J’ai l’impression que son article, reproduit intégralement dans les pages du Soleil, pourrait être une manière de prise de contact fort efficace avec un public qui ne m’a pas encore découvert.

Mais elle vas plus loin…

Lire la suite

RIPOUX INC. – Le Devoir goûte aux Cochons rôtis

le_devoir_1910_crop

Cochons rôtis est servi dans les pages du Devoir

Michel Bélair me fait l’honneur de parler avec enthousiasme de Cochons rôtis dans Le Devoir du 13 juin. Il me donne le goût de me lire! (Merci Michel.) Voici quelques extraits choisis pour te mettre l’eau à la bouche:

« Tout cela est vu dès le départ sous le prisme bien particulier d’un psychologue qui travaille avec le Service de police. […] Vic Verdier sera évidemment l’un de ses « patients » — l’agent de police est profondément affecté, on le devine, par l’assassinat de Mélanie, dont l’agonie tourne en boucle ad nauseam sur les médias sociaux sous #cochonsrôtis —, mais l’on ne saisira qu’à la toute fin l’implication de ce bizarre de personnage. On n’en dira pas plus. »

Voiture_spvm

Une photo qui accompagne l’article.

« L’histoire se fera de plus en plus complexe, s’égarant même parfois à n’en plus savoir si Verdier raconte tout cela par écrit au psychologue ou si l’on se situe en temps réel. Rajoutez à cela le fait que la partenaire de patrouille de Verdier se laisse dépasser par ses sentiments […] et bientôt, comme Verdier, on baigne dans la confusion.

Étrangement, cette confusion fait partie du charme de cette histoire de vengeance à volets multiples fort bien menée. Même qu’on en arrive à penser qu’elle est vaillamment entretenue par l’auteur, Vic Verdier (pseudonyme de Simon-Pierre Pouliot). Vic Verdier, qui signait en 2014 un roman se déroulant à Québec en 1919 (L’imprimeur doit mourir, chez le même éditeur)… et qui mettait en vedette un certain Vic Verdier.

Mais qui est donc Vic Verdier ? L’auteur du manuscrit confié au psy du SPVM ? L’auteur de cette série de crimes abominables ? Ou Simon-Pierre Pouliot qui nous mène en bateau durant près de 300 pages avant de dévoiler l’intrigue et de mettre fin au suspens ? »

La critique de Michel Bélair est assez intrigante pour mettre en appétit, non? Si tu as une rage de polar, Cochons rôtis est servi dans la plupart de librairies du Québec.

Ciao,

VV

Succulent! « Cochons rôtis » dans Coup de pouce

VicCoupdePouce_Cochons« …on découvre une intrigue hyper bien menée qui emprunte un vocabulaire policier fouillé. »

En page 63 de l’édition de juillet 2015 de la revue Coup de pouce, Julie Roy trouve d’excellents mots à dire sur Cochons rôtis. (Merci, Sylvain, de me l’avoir souligné.) Elle cadre sa recommandation à la manière d’une invitation au voyage: il y a Crazy Rich pour Singapour, Academy Street pour Dublin, Les Luminaires pour la Nouvelle-Zélande, elle nous emmène en Mauricie, au Yukon, à Hollywood, en Suède, etc.  Cochons rôtis a l’honneur d’inviter les lecteurs à Montréal. Tiens, voici d’autres compliments de sa part:

« …impossible de savoir qui a allumé le brasier avant la fin. Succulent! »

C’est la troisième fois que Coup de pouce s’intéresse à Vic.

VV

« Cochons rôtis » en promo-vedette

Capture d’écran 2015-06-01 à 19.00.36Il faut qu’on parle d’un livre pour qu’il se vende. Il faut aussi qu’on le voit, qu’on en fasse la promotion. C’est un passage obligé entre l’auteur et ses lecteurs.

Je suis bien chanceux avec Cochons rôtis: Amazon.ca vient de le placer en vedette. Je suis en compagnie de David Goudreault, Michel Vézina, Nathalie Roy, etc. Tant mieux.

Ça ne peut pas faire de mal et je souhaite que le phénomène se reproduise, encore, et encore, et encore.

Va donc faire un tour sur le site pour te faire ta propre idée. 

Par ailleurs, j’ai une autre invitation pour toi. Si tu souhaites te procurer une copie dédicacée de Cochons rôtis, je t’invite à passer par la Librairie Carcajou de Rosemère, où j’en ai laissé quelques exemplaires! (Demande-le au comptoir.)

VV

La Presse accorde 3 1/2 étoiles à « Cochons rôtis »

3_etoile_et_demi

La Presse me fait une autre belle fleur. Cette fois, je la dois à la plume de Jean François Villeneuve. Trois étoiles et demie ont été décernées à Cochons rôtis dans l’édition du 24 mai 2015. (Tu l’avais peut-être déjà vu.)

Villeneuve confirme que ce roman est un polar en bonne et due forme:

share_logolpplus« Par une mise en abîme dans laquelle le protagoniste écrit lui même son récit sur les événements à l’intention de son psychologue, l’intrigue se développe avec assurance et une bonne maîtrise des principes d’un polar […] »

Il poursuit son appréciation avec ces bons mots qui devraient faire plaisir aux amateurs du genre:

« Verdier garde l’intérêt de son lecteur avec la vivacité de son écriture et son humour bien tempéré.  L’histoire se déroulant en 2016, l’auteur n’hésite pas pour en assurer le réalisme à piger dans l’actualité et les préoccupations des dernières années pour tisser son ambiance particulièrement avec l’utilisation judicieuse des médias sociaux. »

Bref, il t’invite à le lire, toi aussi.

Une étoile, deux étoiles, trois étoiles… et la moitié d’une autre… tu peux pas te tromper. Tu risques seulement de passer un maudit bon moment de lecture – et de trouver que la dernière page est arrivée trop vite.

VV

Sympathique article dans le Nord-Info

NORD-INFO.LOGO_Christian Asselin a écrit sur moi dans le Nord-Info. Un sympathique article qui parle surtout du Prix Jacques-Brossard, mais aussi d’Alexandre Dumas, de mes balbutiements d’auteur et de l’aspect « découpage cinéma » de mes romans.

Flatteur, quand même. Tu veux lire ce qu’il dit? CLIQUE ICI.

VV