Émeutes: Ce n’est pas pour les enfants!

 

Dessine-moi-un-ete-01_2017« J’ai beaucoup aimé, dans ce genre très brutal. Ce n’est pas pour les enfants! Ça parle de nous autrement que ce qu’on fait habituellement. »

Marie-Christine Blais, Dessine-moi un été, samedi 1er juillet 2017, 7H40

Marie-Christine Blais propose Émeutes aux auditeurs de l’émission du matin de la chaîne ICI Radio-Canada Première. C’est une choix très intéressant pour une matinée de Fête du Canada!

Elle y trace les contours de mes intrigues avec justesse, en utilisant les nombreux thèmes du roman afin de piquer la curiosité. Je retiens un de ses mots pour décrire Émeutes:

« Un portrait de nous, si on allait un peu plus loin. »

(La conversation a aussi glissé sur Bob Morane, ce qui ne peut jamais être mauvais!)

Publicités

Émeutes provoque: « Les idées qui peuvent traverser l’esprit humain sont inimaginables. »

1001pagesLM_Emeutes.png« Vous avez un suspense qui augmente progressivement, plus les pages se tournent. Il est difficile de lever les yeux, on ne veut rien perdre. J’ai eu, tout le long de ma lecture, un petit serrement au creux de la gorge. Les idées qui peuvent traverser l’esprit humain sont inimaginables. »

Martine Lévesque a publié une critique remplie de compliments à l’endroit d’Émeutes et de mes livres en général. C’est très flatteur.

Tu veux quelques extraits?

« Des personnages qui ont des caractères forts et qui nous transmettent une vérité dans leurs comportements, leurs paroles et leurs actions.  »

« Cette lecture est un coup de cœur très marquant, Vic Verdier est très talentueux, je le mets en haut de ma liste des auteurs ayant une maîtrise de leur art. »

Bref, va donc y jeter un oeil.

VV

 

Les Libraires craquent pour Émeutes

Libraires101Billy Robinson dit du bien d’Émeutes dans la plus récente Revue Les Libraires. J’en rougis presque.

Vic Verdier a le don de nous surprendre à chaque lecture. Ce spécialiste de la «dude lit» nous propose ici un roman atypique dans lequel la violence et la cruauté de l’homme se révèlent. Critique sociale surprenante, ce roman saura vous divertir ! Perdez-vous dans ce labyrinthe d’histoires mordantes dans lequel se terrent des personnages tous plus pervers et surprenants les uns que les autres! Vous n’irez plus à un match des Canadiens de la même façon!

Moi, à ta place, je lirais le roman. Ça a vraimen l’air intriguant.

Le Vic se trouve en excellente compagnie dans les pages de cette revue: L’ANNÉE NOIRE (T. 1) : LES INQUIÉTUDES / Jean-Simon DesRochers, AUTOPSIE D’UNE FEMME PLATE / Marie-Renée Lavoie, ou encore TU AIMERAS CE QUE TU AS TUÉ / Kevin Lambert.

Voir le texte dans son contexte… (C’est à la page 21)

Sang d’Encre Polars se bouffe des cochons rôtis

sangdencrepolars-3

****/*

Une autre critique de Cochons rôtis – par Michel Dufour sur Sang d’Encre Polars.

« Je ne connaissais pas Vic Verdier avant ce roman qui m’a bien plu. […] Ça ressemble un peu à un « film de gars », la façon de rendre les relations entre les policiers me semble conforme à ces expériences de groupes de gars où se développent de belles amitiés et de grandes jalousies, mais les quelques personnages féminins ne donnent pas leur place. Le problème est bien posé et l’atmosphère assez mystérieuse constitue une toile de fond qui ressemble à celle de bien des romans classiques. »

Il accorde au polar une note de 4/5!

Lire tout l’article

Cochons rôtis sur AltRockPress

logoVoici un extrait d’une critique qui m’avait échappée. Les cochons continuent de plaire.

« Un bon polar québécois avec une finale en deux temps. Les personnages sont attachants et l’histoire se déroule rondement, sans longueur. On reconnait des endroits de la ville de Montréal et des enjeux actuels de notre société.

L’auteur connait bien son sujet […]. L’histoire nous tient en haleine et on en vient à se méfier de tous les personnages. »

C’est d’Alternative Rock Press, sous la plume de d’Annick Larivière.

Un bon polar bien québécois

Logoofficiel_altrockpress

Un bon polar québécois avec une finale en deux temps. Les personnages sont attachants et l’histoire se déroule rondement, sans longueur. On reconnait des endroits de la ville de Montréal et des enjeux actuels de notre société. L’auteur connait bien son sujet et utilise un vocabulaire policier, qui est expliqué en note de bas de page. L’histoire nous tient en haleine et on en vient à se méfier de tous les personnages.

Annick Larivière, sur Alternative Rock Press, le 24 juin 2015

Les Libraires dévorent « Cochons rôtis »

Libraires_cochons2Eh! Ben quoi? Ça se poursuit. Et pour le mieux.

On cite:

« L’auteur, qui a remporté récemment le prix Jacques-Brossard de la science-fiction pour L’empire Bleu Sang, nous prouve ici qu’il sait également manier de main de maître le roman policier. Un premier polar qui valse entre réalisme, humour et intelligence et « qui se dévore comme du pulled pork ». »

Cette fois, c’est le numéro de juin-juillet-août 2015 de la Revue Les Libraires qui recommande Cochons rôtis. Nous sommes dans la catégorie « Les choix de la rédaction » côté polars.

Je souligne que je suis en compagnie d’Isabel Allende. C’est pas rien.

Tu veux lire? Ça se passe ici, en page 56.

VV