Choix de victimes

Après la Rage, ils se mettent à hurler.

Mon prochain roman dont vous êtes la victime est en route pour cet automne. Son titre de travail est Mercurochrome. Juste là, je viens de terminer la révision finale qui précède le travail linguistique! Le gars est excité. (Dans ce livre, je me permets une incursion post-apocalyptique/zombie à la sauce Verdier. J’ai déjà écrit un billet sur ce roman – tu peux le lire ici.)

Cette fois, je me sens en meilleur contrôle pour exploiter les possibilités qu’offre le concept du roman où la lectrice/lecteur doit faire des choix. C’est franchement très excitant de pouvoir proposer des versions différentes de la même histoire.

Ma liste des constats:

  • Il est fantastique de pouvoir exploiter plusieurs thèmes à la fois – une branche de choix peut être liée à la famille, pendant qu’un autre est en lien avec des affaires de cœur. Ça offre une belle gamme d’émotions.
  • Puisqu’un choix peut avoir des répercussions sur deux branches de l’histoire, il faut éviter le cul-de-sac. Autant que possible.
  • Une branche cul-de-sac (qui se termine de façon abrupte) peut être pertinente. Dans ce cas, c’est vraiment agréable en terme d’écriture et je ris d’avance de voir vos binettes surprises.
  • Les fins que je propose ne concernent pas toujours les mêmes personnages! Le roman dont vous êtes la victime permet transformer la relation entre les lectrices/lecteurs et les personnages, dans le même livre! En bref, tu peux aimer follement un personnage dans une version de l’histoire, et le détester dans une autre.
  • Je ne sais pas quelle version je préfère, mais je me rends compte, après-coup, que, dans mon cas, les façons de survivre sont souvent en lien avec la notion de « faire confiance »… en tout cas, tu me diras.
  • Je me surprends à insérer un aspect « critique sociale » dans le roman, même si je ne le prémédite pas – pour moi, ça ajoute au plaisir de lire un Vic Verdier.

Bon, voilà, c’est ça.

Ciao,

VV

« Zombies, vous avez dit zombies »

« Zombies, vous avez-dit zombies? » Quels zombies? Il y en a tellement.

Ils sont lents, ils se déplacent en hordes, ils pourrissent, il faut leur couper la tête. Ils sont rapides, ils bougent comme des insectes, ils suffit de leur tirer dessus. Ils n’ont aucune capacité de raisonnement. Ils agissent collectivement. Ils ont les yeux jaunes. Ils ne ressentent aucune douleur. Ils sont sensibles au soleil et ils sortent la nuit pour se multiplier. Tu as d’autres exemples?

Entre toi et moi, les versions d’histoires où des infections terribles transforment l’humanité en bêtes sanguinaires sont trop nombreuses pour les répertorier.

N’empêche, je viens d’en ajouter une nouvelle. J’au eu envie d’écrire une série d’histoires en poupée russe dans un monde où le pire est arrivé.

Mercurochrome (titre de travail) est ma première incursion dans un univers post-apocalyptique. Mes « zombies » à moi sont des hurleurs et ils se bouffent entre eux – notamment. Il est possible que mes idées recroisent d’autres versions. J’espère quand même y apporter des éléments distinctifs suffisants pour surprendre.

Pour l’instant, je me tiens loin de l’invasion… (Dawn of the Dead) je ne mets pas en scène l’incompréhension des « normaux » face à l’infection qui ronge l’humanité. (Walking Dead) Je ne situe pas non plus l’histoire des années plus tard, alors qu’une nouvelle société a pris racines ou que des survivants se sont acclimatés. (Mad Max et I am Legend) Mes histoires se déroulent à peu près six mois après la catastrophe. C’est pratiquement aujourd’hui. L’idée est de proposer un contexte dans lequel les gens se raccrochent encore au monde d’avant, mais qui force naturellement des situations extrêmes.

Et ça se passe ici, chez moi.

J’ai situé mes romans à Québec, ou à Montréal… maintenant, je demeure au nord de Laval, dans les Basses-Laurentides. L’action est campée dans les rues que j’arpente, autour de ma maison. C’est un élément jouissif que je n’avais pas soupçonné. L’apocalypse a lieu dans ma cour.

Si t’as envie de jaser de morts-vivants, tu sais où me trouver.

VV