Émeutes provoque: « Les idées qui peuvent traverser l’esprit humain sont inimaginables. »

1001pagesLM_Emeutes.png« Vous avez un suspense qui augmente progressivement, plus les pages se tournent. Il est difficile de lever les yeux, on ne veut rien perdre. J’ai eu, tout le long de ma lecture, un petit serrement au creux de la gorge. Les idées qui peuvent traverser l’esprit humain sont inimaginables. »

Martine Lévesque a publié une critique remplie de compliments à l’endroit d’Émeutes et de mes livres en général. C’est très flatteur.

Tu veux quelques extraits?

« Des personnages qui ont des caractères forts et qui nous transmettent une vérité dans leurs comportements, leurs paroles et leurs actions.  »

« Cette lecture est un coup de cœur très marquant, Vic Verdier est très talentueux, je le mets en haut de ma liste des auteurs ayant une maîtrise de leur art. »

Bref, va donc y jeter un oeil.

VV

 

Publicités

Les Libraires craquent pour Émeutes

Libraires101Billy Robinson dit du bien d’Émeutes dans la plus récente Revue Les Libraires. J’en rougis presque.

Vic Verdier a le don de nous surprendre à chaque lecture. Ce spécialiste de la «dude lit» nous propose ici un roman atypique dans lequel la violence et la cruauté de l’homme se révèlent. Critique sociale surprenante, ce roman saura vous divertir ! Perdez-vous dans ce labyrinthe d’histoires mordantes dans lequel se terrent des personnages tous plus pervers et surprenants les uns que les autres! Vous n’irez plus à un match des Canadiens de la même façon!

Moi, à ta place, je lirais le roman. Ça a vraimen l’air intriguant.

Le Vic se trouve en excellente compagnie dans les pages de cette revue: L’ANNÉE NOIRE (T. 1) : LES INQUIÉTUDES / Jean-Simon DesRochers, AUTOPSIE D’UNE FEMME PLATE / Marie-Renée Lavoie, ou encore TU AIMERAS CE QUE TU AS TUÉ / Kevin Lambert.

Voir le texte dans son contexte… (C’est à la page 21)

Les Flames au bord de l’élimination ce soir…

Logo-mash-Habs-Flames

Dans Émeutes, je me permets une folie « All-Canadian » où les Flames de Calgary affrontent les Canadiens de Montréal en finale de la Coupe Stanley. C’est dans un futur indéfini.

Ce soir, 19 avril 2017, les Flames font face à l’élimination aux mains des Ducks… on peut pas mal dire que le scénario d’Émeutes n’est pas pour cette année. On verra l’an prochain. Ou en 2019.

Moi, j’écris des romans et, avec les affaires que j’y raconte, je préfère quand la fiction reste dans la fiction.

Si tu veux lire les quatre premiers chapitre… c’est ici que ça se passe.

VV

Émeutes – une odeur d’encre et de sang

Emeutes_CHC’est un plaisir tout spécial que de tenir dans ses mains les pages assemblées d’un nouveau roman, d’en caresser la couverture. « Il existe. » Émeutes. Pour preuve, je t’offre une photo-concept prise sur mon chandail de la Sainte-Flanelle.

Une fois le roman déballé, on le craque, on respire le papier — et cette odeur d’encre neuve comble les narines. Je ne suis certainement pas le seul en tirer une satisfaction fétichiste sur les bords… Cette fois, par contre, quand j’ai humé Émeutes, j’ai eu l’impression que l’encre utilisée par l’imprimeur portait des effluves qui rappellent le sang séché. Il fallait s’y attendre.

EN LIBRAIRIE À LA MI-AVRIL.

Ciao,

VV

Émeutes chez l’imprimeur

emeutes_signetVic est vraiment fier.

Avec Joey Cornu, il va publier un suspense comme il s’en trouve peu sur les tablettes des libraires.

Juste te dire qu’Émeutes, c’est un peu du Tarantino, le bâtard de « Pulp Fiction » et de « Hateful 8 » pendant une finale de la Coupe Stanley…

Juste te dire aussi qu’il est parti chez l’imprimeur le 28 février 2017.

Première sortie publique lors du Salon du livre de Trois-Rivières, puis chez ton libraire préféré.

VV

Foule sentimentale et meurtrière

Gavazzi

Gravure d’une émeute à Montréal en 1853

Tiens, pour te mettre dans l’ambiance de mon nouveau livre…

Extrait de Psychologie des foules de Gustave Le Bon, publié en 1895

« Quels que soient les sentiments, bons ou mauvais, manifestés par une foule, ils présentent ce double caractère d’être très simples et très exagérés. Sur ce point, comme sur tant d’autres, l’individu en foule se rapproche des êtres primitifs. […] La simplicité et l’exagération des sentiments des foules font que ces dernières ne connaissent ni le doute ni l’incertitude. Elles vont tout de suite aux extrêmes. […] Un commencement d’antipathie ou de désapprobation, qui, chez l’individu isolé, ne s’accentuerait pas, devient aussitôt haine féroce chez l’individu en foule. »

C’est un peu dans ce cauchemar que je t’entraîne.

Salut,

VV