L’Empire bleu sang en avant-première mondiale

Clique là-dessus pour lire le communiqué de parution!

Clique là-dessus pour lire le communiqué de parution!

C’est parti!

Aujourd’hui, mon éditeur, Joey Cornu, a commencé la diffusion du communiqué de parution de L’Empire bleu sang. (Clique sur l’image pour le lire.) Je plaque ici la  citation qu’on m’attribue dans cette pièce d’anthologie parce que je l’aime bien:

« Et si New York et Paris n’étaient que des bourgades sans envergure en comparaison de Québec, de spéculer l’auteur Vic Verdier? Si ce destin incroyable supposait également des idées dangereuses qui poussent les hommes au pire? J’avais envie d’écrire quelque chose de complètement différent : quelque chose qu’on rencontre peu dans le paysage littéraire au Québec. Je propose à mes lecteurs un monde alternatif gonflé aux amphétamines et bourré de coups de gueule… une véritable réécriture de l’histoire de Québec! » En clair, ça cogne, ça saigne, ça baise… on comprend que je m’adresse à un public averti.

Tu peux lire un généreux EXTRAIT du roman en ligne dès maintenant. Régale-toi.

Le livre lui-même sera en librairie en septembre. Je te tiendrai au courant. Tu peux déjà en passer ta commande chez Joey Cornu.

Par ailleurs, si tu connais quelqu’un qui voudrait se procurer une copie de presse, il suffit de communiquer avec:

Claudie Bugnon
Op. de couveuse (et éditrice)
 
Joey Cornu Éditeur
Tél. : 450 621-2265
Téléc. : 450 965-6689
 
(Elle est bien gentille.)
 
VV
Publicités

Concours: Gagnez « L’imprimeur doit mourir » avec la Bible Urbaine

Image

La Bible urbaine, un chouette webzine sur la culture, lance aujourd’hui un concours pour gagner quatre exemplaires de L’imprimeur doit mourir!

– Quoi?

– Oui, oui, je te jure!

– Mais je veux y participer!

Simple comme bonjour, il suffit de partager le concours sur ton compte Facebook ou Twitter. Pas compliqué pour deux « cennes ».

Bonne chance, futur lecteur.

VV

L’Empire bleu sang (2014)

Steam_needle

Une illustration de SAGANA

Annonce importante!

Mon roman steampunknoir-comico-gore passe d’un titre de travail à un titre de publication: L’EMPIRE BLEU SANG paraîtra à l’automne 2014, sous la houlette des éditions Joey Cornu.

Il y a quelque chose dans ce titre qui me donne des frissons… (Merci, Fred Tremblay.)

***

Depuis la découverte de diamants bleus dans la roche du Cap, la ville de Québec est devenue une puissance mondiale. Puissance économique, militaire, religieuse et scientifique – car c’est
 à Québec que le grand Darwin s’est arrêté pendant son voyage sur le Beagle, et c’est à partir de là que s’est propagée sa thèse évolutionniste, soutenue par l’Église elle-même. En 1887, dans cette Cité-État où tout semble tourner rondement, plusieurs ferments de trouble s’activent cependant. Le Vrai Messie, qui a survécu au supplice de la croix, exhorte ses fidèles à la haine contre cette nouvelle Sodome; un professeur du nom de Raumeo se livre à des expérimentations génétiques pour créer des hybrides toujours plus insolites; et Victor Notre-Dame, de retour d’exil, semble bien décidé à régler les choses à sa sanglante façon.

Dans cette uchronie à saveur comico-gore, plus de vingt personnages tous plus déjantés les uns que les autres se passent le relais de la narration, en un habile jeu de bascule entre deux époques. À la croisée de toutes ces voix se trouve Marie, une étudiante de la fin du 20e siècle qui, pour s’acquitter d’un devoir qui l’ennuie profondément, remonte le cours de la sombre histoire de sa ville. La fresque est percutante, parfois très graphique. La nouvelle réalité de L’Empire bleu sang révèle l’horreur de ce que nous pourrions être — et sommes parfois.

***

VV

Du MacBook à la Underwood No 5

Underwood No 5

Underwood No 5

Ça brasse dans le petit monde de Vic. Je viens de commencer une réécriture. (Dans ce mot-là, la syllabe ré est incroyablement chargée de sens… elle sous-entend que la chose a été écrite et que, sous l’impulsion d’une directrice littéraire avisée, l’auteur entre en période d’ajustement.)

L’imprimeur doit mourir verra donc le jour, et les tablettes de librairies, aux alentours du printemps 2014. Et je n’en suis pas peu fier.

J’ai comme la sensation que tu vas aimer.

Bon, je t’embrasse – une fois n’est pas coutume et l’occasion fait le larron.

Ciao,

Vic

Numérik Cabaret

Numerik Cabaret

Numerik Cabaret

Hey, ami lecteur! Oui, oui, toi! Celui avec le iPad sous le bras, oui. Approche… un peu plus près… c’est ça.

Savais-tu que tu pouvais te procurer Le Moderne Cabaret en format numérique?

Tu es branché, tu as du style; imagine l’effet que ça fera de sortir ton iPhone-look-alike de ta poche et de tourner délicatement les pages de ce roman avec le bout de ton pouce. J’en frissonne pour toi.

Tu peux t’offrir ce cadeau sans gêne. D’ailleurs, c’est un roman d’hiver… on sera dans le ton d’ici peu, autant en profiter.

Ciao.

VV

Les personnages du Mile End

Tout autour de L’appartement du clown et du Moderne Cabaret gravitent des personnages. (Sinon, ce ne serait pas un roman, non?)

Que d’agréables créatures à côtoyer. Je te fais les présentations.

Vic Verdier

Vic est le narrateur de l’histoire. Il vient de Québec, a fait des études en muséologie, joue du piano à l’oreille et travaille pour la mythique Constellation Blackburn. À 25 ans notre héros ne sait pas où s’en va sa vie. Il décide de laisser Copine pour emménager en plein coeur du Mile-End, chez le clown Junior Savard, lui-même voisin des deux meilleurs chums de Vic, Jas et Oliver.  (Jusque là, tu me suis?) Il rêve parfois d’ouvrir un cabaret très spécial, juste pour se faire plaisir.

Vic n’a pas de cheveux, mais il est plutôt grand et il a la chance de pouvoir faire changer la couleur de ses yeux (pas mal, non?).

Papi Verdier

Papi est le grand-père paternel de Vic. Papi était un homme d’affaire, son entreprise aiguisait les couteaux de la grande région de Québec… alors qu’il aurait souhaité être musicien. Son rêve ne s’est jamais réalisé. Aujourd’hui, il est toujours occupé à courir la galipote et à fréquenter les milieux branchés. Il se prend pour une vedette.

Papi est dans la vie de Vic comme un de ses meilleurs amis. Il arrive toujours quand on ne l’attend pas. Papi Verdier est mort depuis 1992.

Jas (Jasmin Cardinal)

Ami et voisin de Vic, Jasmin est un créateur. Il a toujours un appareil photo en bandoulière, ou un plan de scène sous le bras. Ancien joueur de basket déçu (on ne peut rien contre la nature: Jasmin est petit), Jas vibre au rythme de ses passions.

Oliver (Ken Oliver)

Ami et voisin de Vic, Oliver est un agronome sérieux qui brûle aussi les catwalks en tant que mannequin. (C’est d’ailleurs chez les autres mannequins masculins qu’il déniche ses one-nights.) Cordon bleu inventif, hôte attentionné, il est connu qu’Oliver fait pousser une marijuana de grande qualité avec laquelle il confectionne, notamment, une sauce à spaghetti chanvrée et un gâteau marijuana-carottes, glaçage aux agrumes.

Douze (Xavier Inocienso Isquierdo)

Douze est l’ami Chilien de Vic. En plus d’être un philosophe de premier ordre, Douze possède un mojo de grande puissance qui lui permet de séduire la gent féminine malgré un surplus de poids important et des choix vestimentaires doûteux. (On l’appelle Douze parce que ses initiales donnent XII.)

Junior Savard

Voici le clown de l’appartement. Junior est plus agé que Vic et ses amis. C’est un père monoparental une fin de semaine sur deux qui fait le circuit des scènes underground avec un numéro de clown spirituel. Junior a le coeur sur la main, des goûts luxueux et croit à la pensée magique.

Arielle Cousteau

Arielle est la jolie voisine qui habite au-dessus de l’appartement du clown. Elle exerce normalement le métier d’infirmière à l’étranger avec Médecins de Brousse, mais elle a aussi des talents de barmaid qu’elle utilse entre deux voyages humanitaires.

Réginald Blackburn

Réginald est le grand patron milliardaire de Vic. C’est un génie. Il a fait fortune dans la finance de haute voltige, pour ensuite lancer des technologies de pointe et finalement devenir LE producteur de showbizz le plus en vue de la planète. Tout lui réussit… et on l’aime malgré soi.

Fred (Violette Fredorovna)

Fred est une amie d’enfance de Vic et une collègue de travail d’Oliver. Elle s’est déjà investie dans des causes environnementales, mais a été déçue des vacheries qui pourrissent le monde. Elle donne maintenant dans la décontamination des sols, c’est plus concret. Fred a une chevelure luxuriante qui répand des bouffée de bonheur sur son passage.

Claude

Claude est un de ces personnages ambiguës qui peuplent les balcons de Montréal. Immuables observateurs du quotidien, ils savent tout sur tout le monde et ont des opinions à partager. En plus on dit que Claude a des dons – faire cesser les saignements de nez, rendre fertile, assurer le beau temps – qu’elle offre aux gens du quartier.

Cat (Catherine Oliver)

Cat est la demi-soeur d’Oliver. Sa maman Franco-Sénégalaise lui a donné une peau lisse couleur chocolat et une trace d’accent européen. Elle sait ce qu’elle veut dans la vie; tant en matière d’homme (des vrais, s’il vous plaît), qu’en matière professionnelle (elle rêve de prendre sa place dans le monde de la haute-couture).

***

Ne pas lire la suite si tu as envie de tout apprendre par toi-même… Dans Le Moderne Cabaret, on rencontre:

Rose Fredorovna

Rose est la soeur de Fred. Quelques descriptifs: beauté, superficialité, violoncelle, Pepsi, fille-à-papa, chemise transparente et envie de participer à Occupation de Couple.

Nick (le menteur)

Nic est le nouveau coloc de Junior. Il ment comme il repire. Peut-être plus.

Ben

Ben est l’ex-chum de Fred. On lui prête un passé trouble.

Raoul Blackburn

Raoul est le grand-frère de Réginald. Il s’occupe de Blackburn Construction. Ce n’est pas toujours drôle d’être le frère de l’autre…

Simon Savard

Simon est le fils de Junior. Avec l’entrée au secondaire, il se prend pour un tough. Il a aussi développé une certaine expertise pour comprendre les réseaux informatiques. Il se défend plutôt bien au poker.

Maria Massouras

Maria s’occupe des communications du Moderne Cabaret. Elle jette un oeil intéressé sur le Vic – qui le lui rend bien.

À l’impression! Ça presse ;-)

ImageSalut, lecteur amical!

Je voulais juste te dire que, depuis vendredi dernier, Le Moderne Cabaret est dans une imprimerie de Gatineau en train de devenir réalité. D’ailleurs, tu peux voir à la droite une image hautement révélatrice: la page couverture du roman, fruit du travail de ma blooooonde. Wow! que tu te dis. Ouais! que je réponds.

D’après moi, lorsque tu iras quérir le bouquin en librairie, il te suffira de chercher la tache rouge dans les rayonnage; on demande le « petit livre rouge » de Vic, svp…

VV