Tu lis du Sénécal? T’es prêt pour Horrificorama. 

HORRIFICORAMA – projet de couverture

L’horreur, c’est un plaisir coupable. Je le sais, je m’y suis adonné.

Quinze auteurs, dont je fais partie, présentent quinze histoires d’horreur, dans quinze sortes de genres différents. (Je t’avertis, je me suis laissé aller avec un slasher qui devrait te donner mal au cœur.)

Aliss t’a provoqué? Les sept jours du Talion ont laissé une marque de brûlure dans tes souvenirs? Offre-toi donc le trip d’embarquer dans la pré-vente numérique des Six brumes. D’ailleurs, Patrick Sénécal en signera la préface!

Si nous atteignons le 2e palier, le livre sera augmenté de 15 illustrations du cru d’Émilie Léger. Elle vient tout juste de remporter le prix Aurora-Boréal… (Tu veux voir son Jason Voorhees?) Ce serait bien, non, de pimenter ce livre aves des illustrations gores?

Qui aurait pensé que satisfaire ton plaisir coupable pouvait nourrir une bande de geeks monstrueux qui veulent te raconter des peurs?

VV

Lac au sable – pour une espèce de teaser… déjà, ça mijotait en 2012…

Publicités

Histoire d’horreur

Une surprise pour le Vic. Et pour toi aussi, j’imagine.

Je viens tout juste de me permettre un interlude très intéressant dans le monde de l’horreur sanguignolante. Ouaip. Après le steampunk de Grand Mal (toujours en quête d’un éditeur), Vic vient d’écrire une macabre variation sur le thème du camping d’horreur. Tu sais bien: des jeunes, du sexe, un feu de camp, une légende à glacer le sang, un tueur… deux tueurs? Je commence mon incursion en terrain connu. Pourquoi pas. J’étais en train de me romancer le Québec de 1919, lorsque j’ai eu envie d’une pause.

Mon « incartade » m’a beaucoup amusé. Si tu me lis cette affaire-là un jour, tu me trouveras peut-être un peu bizarre de dire que je me suis amusé à écrire quelque chose comme ça. J’en conviendrai alors avec toi volontier.  Le résultat est un micro-roman, une novella, une longue nouvelle (10 100 mots, en tous cas) que je destine à une maison d’édition en particulier. Pourquoi celle-là? Parce que ce sont justement ses critères de soumission de manuscrits et ses appels d’offre sur Facedebouc qui m’ont donné le goût de jouer à Romero sur papier. (Ouais, Romero. Je ne vais tout de même pas me comparer à Stephen King. Ce serait prétentieux. Pour l’instant.)

Je te donne le début du texte en avant-première, tiens:

On se lasse plutôt vite de torturer des animaux. C’est vrai. Moi, à quatorze ans, j’étais déjà rendu ailleurs. Les insectes sont des proies faciles et personne ne te juge parce que tu as écrasé une fourmi. Tout petit, on te remercie de débarrasser la maison des indésirables. « Sept araignées en une seule journée? Bravo Michaël. » (Avec le temps, ils diront : « Il est pas un peu bizarre, ton garçon? C’est quoi son affaire d’arracher les ailes des mouches? » Mais pas au début. Au début, tout va bien pour tout le monde.)

Alors les gens comme moi commencent avec des insectes. Sous la chaussure. Entre les doigts. Ça craque. Ça se distend sous la pression. Et survient le premier frisson. Qui disparaît trop vite. Une grosse blatte entre le pouce et l’index, le jus qui coule, mais la sensation attendue ne se produit pas. Mon Dieu que j’ai cherché comment retrouver le plaisir d’écraser de petit êtres vivants. Jusqu’au déclic.

Jusqu’à nouvel ordre, ce projet s’appelle Lac au Sable. (Juste parce qu’il y en a tellement qui portent ce nom-là au Québec. Et que l’horreur se nourrit d’abord du banal, pas de l’extraordinaire.)

Je te livre mes impression sur cet exercice de genre… Lire la suite